Bertola Ernesto

Nous reprenons la rédaction des biographies de chacun des anarchistes italiens dont le nom se trouve sur la liste « Libertá o Morte » du camp d’Argelès sur Mer, dressée par la police politique italienne le 8 août 1939.
Cela s’inscrit dans le cadre de notre collaboration à la base de données sur le camp de concentration d’Argelès-sur-Mer, réalisée par Grégory TUBAN, de Perpignan : http://www.memorial-argeles.eu/fr/
Toutes les notices sont le fruit d’un travail de recherche en collaboration avec Tobia Imperato de Turin et Rolf Dupuy de Paris.

La traduction et la rédaction sont réalisées par Jackie, giménologue.

Ernesto BERTOLA est né le 13 juillet 1888 à Cossonay (Suisse), fils de Pietro et Maria Ramoni originaires de San Bernardino Verbano (Novara). Il est maçon.

Ernesto Bertola retourne en Italie lors de la Première Guerre mondiale. Intégré dans le Bataillon Intra du 4ème régiment Alpin, il reste très longtemps au front sans pouvoir bénéficier de la moindre permission. Il déserte en 1918 ce qui lui vaut d’être condamné à deux ans de prison par le Tribunal militaire de Turin.

Passé en France il réside d’abord à Montbéliard puis à Mulhouse. En 1921 il se trouve à Lyon et s’engage dans la Légion Etrangère, sans doute pour obtenir des papiers. Après une dizaine d’années passées en Syrie, en Algérie et au Maroc, il est démobilisé en 1930 en tant que citoyen français.

Selon la police fasciste italienne, il combat comme volontaire en Espagne à partir de 1937. Il figure effectivement sur une liste de personnes incorporées à Barcelone le 19 décembre 1936 dans le groupe italien de la colonne Ascaso, en partance pour le front de Huesca.

Rentré en France lors de la Retirada il est interné au camp d’Argelès où il fait partie du regroupement anarchiste Liberta o Morte. Il est ensuite transféré au camp de Gurs d’où il est extradé vers l’Italie fin septembre 1940.
Il est détenu à la prison de Novara puis condamné à une peine d’isolement aux îles Tremiti (Adriatique) le 25 septembre 1940.

Ernesto Bertola est libéré le 21 août 1943, et on ne sait pas ce qu’il est devenu ensuite.

SOURCE : Cantiere biografico degli Anarchici in Svizzera :
http://www.anarca-bolo.ch/cbach/biografie.php?id=1662

Les Giménologues le 13 février 2020

Cette notice biographique en remplace une autre (ci-dessous) que nous avions placée sur notre site en 2009 : il ne s’agit pas du même « Bertola » :

BERTOLA Ernesto = Virgilio ? 30.1.1907, Sarzana (Sp). Anarchiste. [Très jeune, milite dans les groupes anarchistes de la région de Carrare] Expulsé de France [en 1933], où il avait émigré, il vit en Tunisie. Rejoint l’Espagne en juillet 1936, combat avec la Colonne Durruti passant ensuite à la 26e Division. Combat à Madrid et ensuite retourne sur le front aragonais. Blessé par une grenade à proximité du cimetière de Huesca. À la fin 1938, il rentre en France [puis en Tunisie où il construit un groupe anarchiste avec d’autres étrangers. En 1957, il rentre définitivement en France, à Toulon où il meurt en 1993].
[Compléments extraits de la notice de la BFS, vol 1, p. 158 ]
Les Giménologues 26 janvier 2009
http://gimenologues.org/spip.php?article391